Alors, votre pouvoir d’achat, ça va ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager cette page
Syndicalistes Debout ! Billet d’actualité n°13
 
Une chute « En Marche » de notre pouvoir d’achat ? Décryptage.
 
Le gouvernement a publié juste avant Noël un simulateur de « gains de pouvoir d’achat » pour 2018, pour illustrer ses mesures fiscales 2018. Simulation ? Dissimulation de la chute ! Pourquoi ?
 
1 / Prélèvements obligatoires – fiscalité
L’INSEE estime à 4,5 milliards d’euros leur augmentation sur les ménages en 2018, soit une baisse en moyenne sur l’année de 0,3 point du revenu disponible brut.
 
2 / Diesel et Tabac
  • Le diesel ? Les ménages modestes ne vont pas basculer vers la voiture électrique pour économiser quelques pleins, alors que le réseau de transport public est défaillant.
  • Le tabac ? La hausse conduit à un report sur le tabac à rouler, moins coûteux. Donc un effet négatif sur le revenu des ménages les moins riches.
 
3 / Hausse des prix
Un gain de pouvoir d’achat n’est pas une augmentation du salaire net, mais une augmentation supérieure à l’inflation. Or, les prix à la consommation devraient, selon l’Insee, accélérer en 2018 : 1,6 % en juin prochain (en 2017, l’inflation moyenne devrait être de 1 %.)
 
4 / CSG contre Cotisations maladie
Cette hausse des prix effacera les effets de la politique fiscale du gouvernement, car la suppression des cotisations maladie et santé sera mise en place en deux temps :
  • la hausse de la CSG de 1,7 point du salaire brut entrera en vigueur dès le 1er janvier,
  • les cotisations baisseront de 2,2 points au 1er janvier, puis de 0,95 point au 1er octobre.
Cette décision réduit de moitié l’effet des gains de salaire net sur 2018 (0,79 % contre 1,45 % en année pleine), et la hausse des prix pèsera plus fort.‡
 
5 / Le gain éventuel du basculement CSG/cotisations maladie est imposable
Les gains de salaire net réalisés sur la bascule entre la CSG et les cotisations salariales seront imposables. Cela grèvera la hausse des revenus 2018, en moyenne de 0,66 %.
 
Cette hausse en 2019 sera d’autant plus invisible qu’elle sera perdue dans la baisse du salaire net, due au prélèvement à la source à partir du 1er janvier 2019.
 
6 / Le gouvernement avoue
Il reconnaît dans sa loi de finances 2018 que la croissance du pouvoir d’achat ralentira de + 1,7 % en 2017 à + 1,4 % en 2018, malgré les mesures prises.
 
En choisissant d’appliquer immédiatement les mesures favorables aux entreprises et aux plus riches, le gouvernement a réduit l’impact de ses mesures de soutien au pouvoir d’achat des salariés.
 
Le « pouvoir d’achat » n’a jamais progressé par les dons généreux de ces messieurs du patronat, mais par la lutte collective et solidaire. Alors, si on allait à la relance générale du pouvoir d’achat et des salaires, par un mouvement revendicatif général ? Une vieille bonne idée, non ?
 
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter