Plan social à la SNC L’Equipe

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager cette page

La direction annonce un plan d’économies se traduisant notamment par 46 suppressions d’emplois et une réorganisation de la SNC L’Equipe. Notre syndicat réagit…

 

LE PLAN DE LICENCIEMENTS HORS-JEU

Un nouveau tour de passe-passe contre l’emploi se concrétise en presse quotidienne nationale. Après avoir dépensé des millions d’euros à contrer la concurrence pour conserver le monopole sur la presse quotidienne sportive, la SNC L’Equipe entre à son tour dans la folle farandole des suppressions d’emplois : 46 salariés sont priés de se suicider socialement dans le cadre d’un Plan de départs volontaires (PDV).

En cas de résistance, le tranchant de l’épée de Damoclès plane pour les cibles réticentes qui ne comprendraient pas qu’elles sont priées de dégager les lieux au plus vite : les départs contraints se substitueront alors aux départs volontaires.

La crise de la presse a bon dos. Après les épisodes récents et dramatiques de France Soir, de La Tribune et de Paris Normandie, la direction de la SNC L’Equipe dévoile son « plan  stratégique », copie conforme des plans initiés dans nombre d’entreprises de presse quotidienne.

En parfaite harmonie avec la logique des éditeurs du Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN), la direction compte financer le numérique et l’Equipe TVHD par les futurs licenciés du support papier.

Encore une fois, la suppression d’emplois sur les titres d’un groupe phare de la presse quotidienne nationale affectera la qualité du contenu éditorial.

Plutôt qu’un nouveau plan social, Info’Com-CGT SNC L’Equipe exige la négociation immédiate d’une Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) avec l’ensemble des partenaires sociaux. Cette disposition légale permet
de négocier des évolutions professionnelles et préserver l’emploi, notamment pour les salariés dont le poste est menacé.

Dans cette période difficile pour tous, nous appelons les salariés à se mobiliser pour une solution alternative aux suppressions d’emplois.

 

Boulogne, le 10 septembre 2012