L’Equipe : Nous travaillons bien, les résultats sont bons, mais on nous vire quand même !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager cette page

Lors de ses vœux aux salarié-e-s, malgré les résultats dont elle se vante, la direction prévient du nouvel « impact social » des « révolutions » de l’Equipe qu’elle prévoit. Il est urgent que les salarié-e-s s’expriment sur ces projets. Assemblée générale !


L’intersyndicale réagit à son tour… 14 jours après ! Faut-il rappeler que les délais de procédure d’information-consultation des instances représentatives du personnel ont été raccourcis par les lois Macron-Rebsamen ? Dans tous les cas, Info’Com-CGT avait bien raison d’alerter les salarié-e-s sur ce projet dès le 3 décembre !

LE PROJET DE LA DIRECTION

LE COMMUNIQUÉ – TARDIF – DES ÉLUS CE ET CHSCT

Le 27 novembre, la direction de la SAS L’Équipe a communiqué aux élus du comité d’entreprise une « note d’information » relative à un « projet d’évolution des fonctions de réalisation & d’édition du quotidien ».

La première réunion de cette instance pour étudier ce projet est prévue le 18 décembre. Aucun calendrier n’a encore été proposé aux élus pour mener à bien la consultation que nécessite ce projet, lequel doit également impliquer le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Le projet distribué aux élus le 27 novembre est, comme vous l’avez constaté, très incomplet : les organigrammes ne mentionnent pas le nombre de salariés concernés ; le fonctionnement de deux services d’atterrissage éventuel des secrétaires de rédaction, la rédaction numérique et le desk vidéo, n’est pas rappelé, pas même ses plages horaires de fonctionnement ; le contenu des formations prévues n’est pas mentionné ; le détail des nouvelles fonctions des salariés concernés pas davantage.

Pour la première fois dans l’histoire de l’entreprise, la direction a cependant décidé une sorte de consultation parallèle d’une partie, une partie seulement, des salariés concernés, sondés individuellement par trois membres de leur hiérarchie. Cette démarche, totalement illégale puisqu’initiant la mise en œuvre du projet avant même que la consultation des instances représentatives du personnel n’ait vraiment commencé, ne peut que prêter à confusion et vide cette même procédure de consultation d’une partie de sa substance.

Nous, élus du comité d’entreprise et du CHSCT, ne pouvons qu’encourager la participation des salariés à toute élaboration de projet de réorganisation les concernant mais, par définition, cette participation doit s’effectuer en amont de l’aboutissement du projet et avec l’ensemble des salariés dont il est question. Une fois que ce projet est abouti, la loi prévoit un temps de consultation, aujourd’hui très encadré, des instances de représentation du personnel. A charge pour celles-ci de rencontrer les salariés concernés et d’élaborer avec eux une position commune par rapport à ce projet, de construire des revendications, à même éventuellement de modifier ce projet, à la marge ou en profondeur. La moindre des choses serait de respecter ce court laps de temps laissé à la réflexion collective.

C’est seulement ensuite, une fois que les salariés auront été mieux informés des perspectives qui leur sont offertes, que des entretiens individuels peuvent être utilement envisagés.

Nous, élus du comité d’entreprise et du CHSCT, vous demandons donc de ne pas vous rendre à ces entretiens, afin de ne pas inaugurer un nouveau mode de mise en oeuvre des projets de réorganisation qui ne respecte pas vos droits à une défense collective de vos intérêts.

Les élus du CE et du CHSCT
Boulogne, le 7 décembre 2015

LE COMMUNIQUÉ DE L’INTERSYNDICALE DE L’EQUIPE
– ENCORE PLUS TARDIF –